05/04/2008

CONTRE LA CHASSE AUX CHATS... Belgique

Communiqué de Presse
© GAIAle 3 avril 2008
  
ChasseChatsGaia1
Haro sur la cruelle chasse aux chats:
des chats bottés montrent leurs griffes au ministre de l'Environnement Benoît Lutgen.
  

Deux chats bottés en habits colorés, flanqués de dizaines de militants pour la défense des animaux se sont rendus aujourd'hui au cabinet du ministre de l'Environnement Benoît Lutgen à Namur, où ils ont demandé au ministre d'interdire la chasse aux chats ainsi que la 'régulation' des chats harets par le fusil (ce qui en fait revient au même). Les représentants de GAIA, Animaux en Péril, la Chaîne Bleue Mondiale, la Croix Bleue de Belgique, Help Animals, le Conseil National pour la Protection Animale, Sans Colliers et UBAEAV exigent la suppression de ces pratiques cruelles. Comme il ressort d'un sondage IPSOS, près de 9 wallons sur 10 soutiennent une interdiction, alors que les associations ont déjà récolté des dizaines de milliers de signatures. La pétition sera clôturée le 15/4.

Outrés


Outrés, les associations exigent par la même occasion que la mention « Contrairement à ce que GAIA tente de faire croire, la chasse aux chats est interdite en Région wallonne » sous le titre ‘Chats dangereux' (!?) soit enlevée du site web du ministre. Car contrairement aux affirmations aussi erronées que déplacées que l'on retrouve sur ce site, la chasse aux chats demeure autorisée en Wallonie. En effet, l'article 18 de l'arrêté du gouvernement wallon fixant les dates de l'ouverture, de la clôture et de la suspension de la chasse, du 1er juillet 2006 au 30 juin 2011, précise que: "Les dates d'ouverture et de fermeture de la chasse à tir aux autres gibiers sont fixées comme suit: 4° chat haret: toute l'année". C'est écrit noir sur blanc! « Nous ne pouvons pas accepter qu'on nous accuse de tenir des propos malhonnêtes alors que c'est justement le contraire, » a souligné le président de GAIA, Michel Vandenbosch.

Langues de chat en chocolat pour une solution éthique

« Bien que nous ayons toutes les raisons pour montrer nos griffes au ministre, nous avons décidé de lui laisser une chance pour se racheter à nos yeux, » ont expliqué Michel Vandenbosch, président de GAIA, et Jean-Marc Montegnies, directeur d'Animaux en Péril, les portes-paroles du mouvement « Tous ensemble contre la chasse aux chats ». Dans cette lignée de pensée, les chats bottés se sont chargés de remettre au ministre Lutgen des langues de chat en chocolat, symbolisant les milliers de chats qui sont abattus par les balles des chasseurs chaque année en Belgique. Les défenseurs des animaux prônent une alternative à cette pratique qu'ils jugent aussi inefficace qu'inadmissible sur le plan éthique : la mise en place d'une politique préventive misant sur la stérilisation et la castration des chats errants et de compagnie.

De la poudre aux yeux

Les défenseurs des animaux remettent sérieusement en question les "cas particuliers" tels qu'ils sont avancés par le ministre et sur base desquels il tente de justifier la chasse aux chats, à savoir le prélèvement des chats errants sous prétexte de lutter contre la rage, éviter le croisement entre le chat haret et le chat forestier ou pour la protection de certaines espèces. Outre le fait que des chats de compagnie risquent de se faire abattre par des chasseurs incapables de faire la distinction entre le chat de compagnie et le chat dit haret, les deux premiers cas cités ne se posent pour ainsi dire jamais ou très exceptionnellement. En tous cas, les défenseurs des animaux proposent une solution efficace pour le contrôle de la population des chats errants ou harets, qui est en même temps respectueuse de leur bien-être.

Solution à la surpopulation à la fois efficace et respectueuse du bien-être des chats

Pour résoudre le problème de la surpopulation des chats, les défenseurs des animaux revendiquent l'application d'une alternative à la fois plus efficace et surtout, respectueuse du bien-être animal: une politique préventive, misant sur la stérilisation et la castration des chats errants et des chats de compagnie. Les moyens nécessaires doivent être libérés et les autorités fédérales, régionales, provinciales et locales doivent y collaborer.

Sondage: presque 9 Wallons sur 10 veulent une interdiction, et 7 personnes sur 10 parmi ceux qui soutiennent la chasse en général !

Entre le 18 et le 28 janvier 2008, le bureau de sondage IPSOS a fait une enquête d'opinion à la demande de GAIA auprès de 1.022 personnes, représentatives de 8.650.000 Belges de 15 ans et plus. Il ressort de ce sondage qu'une très grande majorité de personnes en Wallonie considère que la chasse aux chats est intolérable (85 %) et se prononce en faveur d'une interdiction de la chasse aux chats (88 %). Parmi les personnes qui soutiennent la chasse de façon générale, 67% sont d'accord que la chasse aux chats ou leur ‘prélèvement' soit interdite!

Les resultants du sondage :

  • 84 % des Belges trouvent que la chasse aux chats est plutôt ou tout à fait inacceptable (85 % Wallons, 86 % Bruxellois, 82 % Flamands)
  • 80 % des Belges trouvent que la chasse aux chats doit être interdite (88 % Wallons, 81 % Bruxellois, 77 % Flamands)
  • Remarquable : 69 % des personnes qui sont en faveur de la chasse en général (y compris des chasseurs) estiment que la chasse aux chats est inacceptable. 67 % des personnes qui soutiennent la chasse en général se prononcent en faveur d'une interdiction dans le cas de la chasse aux chats.
  • Seulement 13 % des Belges trouvent que la chasse aux chats est acceptable (3 % tout à fait) et seulement 15 % des Belges sont contre une interdiction (6 % tout à fait contre)
  • Une majorité, 54 % des Belges, se range contre la chasse en général (57 % Wallons, 49 % Bruxellois, 52 % Flamands). 26 % déclarent être en faveur de la chasse.

En relais et avec Gaïa. Pétition auquel la SRPA de Charleroi participe. Nous attendons vos signatures.

Pour EUX, Ercé.

Les commentaires sont fermés.