02/06/2007

NACs = PAS ANIMAUX DE COMPAGNIE...

TEXTE PUBLIE DANS LE QUOTIDIEN, ''L'EXPRESS'' de MADAGASCAR. SUR LES NOUVEAUX ANIMAUX DE COMPAGNIE (NACs)... PLUS IL Y AURA DE DEMANDES DE NACs, DANS LES ANIMALERIES, PLUS IL Y AURA DE TRAFFICS ILLICITES ! Questions à... Monique Radiharisoa “Le trafic illicite d'animaux obéit au marché noir”. Le Directeur général des Eaux et forêts parle de l'exportation illégale des produits de la nature. • Qu'entendez-vous par trafic illicite d'animaux et de plantes ? Une exportation d'espèces de la faune ou de la flore est qualifiée d'illégale ou illicite, quand elle est faite en l'absence de papiers légaux ou encore à l'aide de documents falsifiés. On parle aussi de trafic illicite dès que le produit commercialisé ne peut pas faire l'objet d'une exportation et n'obtient pas une autorisation de sortie du territoire national. • A votre avis, quels sont les facteurs à l'origine de la multiplication des cas de trafic illégal ? A l'instar de toutes les transactions, le trafic illicite d'animaux ou de plantes suit la loi de l'offre et de la demande sur le marché. La forte demande d'une espèce quelconque à l'extérieur stimule le désir d'un trafiquant illicite à chercher par tous les moyens le produit sollicité. Ce qui le pousse à agir en marge de la législation en vigueur dans son pays. Le marché noir des produits prohibés constitue également une manière d’avoir de l’argent facile pour certaines personnes. • Quelles sont les espèces les plus touchées par le phénomène ? Pour les animaux, les tortues sont les plus concernées par le trafic illégal. Dans ce cadre, on peut citer deux variétés, à savoir la radiata et l'yiniphora. Les caméléons et quelques espèces de lézards sont également sujets à l'exportation illicite. A l'exception des bois précieux, les plantes sont plus ou moins épargnées par ce phénomène. • Pour quelles raisons une espèce ne peut-elle pas faire l'objet d'une exportation ? - Une espèce animale ou végétale est interdite de sortie du territoire national dès qu'elle figure dans la liste de l'annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces animales et végétales, connue sous le sigle Cites. En d'autres termes, il s'agit des espèces considérées comme menacées d'extinction, dont tous les lémuriens, les tortues, pour les animaux, et quelques espèces de pachypodiums et d'aloes pour les plantes. Les espèces inscrites sur l'annexe II de la même convention, c'est-à-dire menacées d'extinction mais à un degré plus faible, nécessitent des dispositions spéciales pour leur conservation, et donc d'une autorisation spéciale avant de quitter le territoire national. • Parlez-nous de la Convention Cites... - Comme son nom l'indique, il s'agit d'une convention réglementant le commerce international des espèces de la faune et de la flore sauvages menacées d'extinction. Les pays ayant ratifié cette convention, dont Madagascar en 1975, se doivent de l’appliquer pour conserver le patrimoine naturel. Propos recueillis par Henintsoa Andriamiarisoa Date : 16-02-2007 CES INFORMATIONS SONT CAPITALES ET A DIFFUSER AUPRES DE TOUS VOS CONTACTS. SACHANT QU'UNE GRANDE MAJORITE DE CES ANIMAUX SONT ISSUS DE CE PAYS ET DES REGIONS AVOISINANTES. ALORS REAGISSONS ! CES NACs, NE SONT EN PAS REALITE DES ANIMAUX DE COMPAGNIE. A votre service. Ercé.

Les commentaires sont fermés.