01/06/2007

INFO SCIENTIFIQUE – Castration à vif des porcelets.

VOICI DAVANTAGE DE RENSEIGNEMENTS SUR CETTE PRATIQUE... Informations à diffuser, issue de lien lié à l'image et provenant de : http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=2451Castration des porcs : entre souffrance et aberration économique Pour les éleveurs, la castration des porcs s'"impose" du fait que la viande des animaux non castrés peut, une fois cuite, présenter une odeur désagréable due à l’androsténone, une phéromone produite par les testicules, et au scatol, une substance synthétisée par le verrat (porcs mâles non castrés). Toutefois, plusieurs facteurs entrent en compte lorsque l’on se penche sur la problématique de la viande de verrat : - les concentrations d’androsténone et de scatol sont très différentes d’un animal à l’autre, - tous les êtres humains ne trouvent pas l’odeur de verrat désagréable, - certaines personnes ne perçoivent pas l’androsténone. Face à ce problème, la réponse des éleveurs est de castrer les jeunes cochons, ce qui a pour effet de supprimer l’odeur d’androsténone. Néanmoins, pour d'évidentes raisons de "bien-être" animal, selon la législation européenne la castration doit être réalisée sous anesthésie et par un vétérinaire dès lors que l’animal a plus de 7 jours, or, dans les faits cette directive peine à être adoptée par les Etats. Par ailleurs, au-delà de ce point, le principe de la castration est mis à mal par de très nombreuses études. Ainsi, l’analyse de la vitesse de croissance des porcelets castrés a permis de constater qu’après la castration, elle est inférieure d’un à trois jours à celle des animaux non castrés (ce qui s’expliquerait par le stress et la douleur occasionnée lors de l'"opération"). Les verrats (porcs mâles non castrés) ont en outre une viande plus maigre (donc mieux rémunérée par les abattoirs), une meilleure conversion de l’alimentation en viande (moins de nourriture pour parvenir à un poids donné) et manifestent une moindre sensibilité aux maladies, infections et malformations... Autant d’arguments en faveur d’une meilleure rentabilité économique pour les éleveurs. D’un point de vue environnemental, la castration apparaît également comme une erreur. Les verrats assimilent plus les nitrates et les phosphates provenant de leur alimentation et en rejettent donc moins (- 7 % pour les nitrates et - 5 % pour les phosphates), limitant ainsi l’impact de leur élevage sur l’environnement. Tandis que grâce à la meilleure conversion de l’alimentation en viande, la production de lisier est plus faible. Malgré ces nombreuses études, le poids des habitudes et traditions étant ce qu’il est, l’évolution des pratiques de la profession ne se fait que très lentement. Les porcs qui devront subir cette castration seront donc encore très nombreux l’année prochaine avec, rien qu’en Belgique, plus de 5 millions de porcelets castrés à vif, par exemple. Alex Belvoit. Pour http://univers-nature.com/ Site à visiter en cliquant sur cette image. Merci. Ercé.

Commentaires

Le mot du véto Ton article est presque convaincant, mais il ne s'agit que d'une compilation de données que tu as trouvé, sorti de leur contexte et utilisé pour abonder dans ton sens; il est un fait établit que la viande de verrat possède des aromes d'androstérone et de scatol = des aromes urinaires et fecaloides = ce que je pense, personne n'apprecie. La castration est nécessaire, elle est réalisée avant 7 jours car on considère que le stress occasionné est faible avant cet age. L'élevage porcin a atteint un degré de technicité que tu ne peux meme pas concevoir, alors je peux te dire qu'ils savent ce qu'ils font...

Écrit par : V | 28/06/2007

Répondre à ce commentaire

Il est ici fait état d'un article issu de univers nature.com Ce message est celui publié sur univers nature .com, qui souhaitait le faire diffuser.
N'étant pas vétérinaire, je n'ai donc que copié ce texte qui est plausible.
Par contre, il est certain que l'acte de castration, renseignements pris, reste un acte médical, chirurgical, donc d'une compétence vétérinaire.
Ce qui de plus, apparait comme tout à fait logique aux yeux de chacun.
Merci du commentaire et de votre visite.
Ercé

Écrit par : Ercé | 28/06/2007

Répondre à ce commentaire

Faut castrer! Salut à vous, on parle ici seulement d'odeur de viande, mais qu'en est-il quand tous ces porcs mâles et femelles se retrouvent dans le même parc à l'engraissement, et que la puberté fait son apparition?

Je crois personnellement qu'il vaut mieux castrer les jeunes porcelets (comme nous le faisons entre 3 et 5 jours), que d'imaginer les bagarres à mort entre mâles en engraissement.

Voici ce que je pense, même si la castration est une tâche que je n'affectionne pas vraiment en tant que gérante d'une mise-bas.

Bye a+

Écrit par : Nicole | 04/06/2008

Répondre à ce commentaire

Ceux ki on écri l'article aimerait-il cuire leur viande qui dégage une très forte odeur d'urine?si oui, on arrète de castrer! ca nous fera gagner du temps!arrété de discréditer les facon de faire des porcher! c pour le consommateur kon fai tt ca!ne loubliez pa!

Écrit par : Kt | 21/05/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.